Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘repos’

Dr. Julien Lévesque, chiropraticien — L’arthrose ou arthropathie chronique dégénérative est une des pathologies articulaire chronique la plus répandue. De nos jours, elle touche environ un canadien sur 10. Cette condition dégénérative touche la surface des os au niveau des articulations qui est recouverte par un tissu appelé  » cartilage « . Il se produit un amincissement de cette couche cellulaire, entrainent ainsi des fissures, des effritements et une destruction de celle-ci. Pour combler ce déficit de stabilité, il y a formation d’excroissances osseuses qui réduisent les mouvements des articulations et des tendons adjacents. Ces altérations rendent les mouvements articulaires difficiles et très douloureux; formant ainsi certains signes indicatifs (physique et radiologique) d’arthrose. Les principales articulations touchées sont les hanches, les genoux et la colonne vertébrale.

Causes et facteurs de risque

Il n’y a pas seulement une cause qui est responsable de cette dégénérescence articulaire, mais plutôt une combinaison de plusieurs.  Cependant, certains sont fortement suspectés;

  • Généraux : âge, poids (obésité), ménopause, autres rhumatisme (chondrocalcinose, hyperostose de Forestier…) ,
  • Génétiques : pour les arthroses du genou, de la hanche et de la main,
  • Locaux :
    • Traumatismes importants ou faibles à répétition (travaux pénibles, sports violents, lésion du ménisque… ,
    • Anomalie de position de l’articulation (scoliose, malformation de la hanche, …),
    • Autres maladies osseuses ou articulaires localisées (séquelles d’arthrite, séquelles de fractures, maladie de paget…).

A l’origine de l’arthrose interviennent de nombreux facteurs souvent encore mal connus. Cependant, le caractère génétique de l’affection semble prédominant puisque plusieurs chercheurs le conjuguent  au surmenage, à une surcharge, ou à un stress mécanique prolongé.

Mécanisme de la pathologie

À l’état normal, le cartilage est un tissu souple et élastique qui a la capacité à se régénérer et à résister à de légères pressions. Afin que les deux surfaces articulaires, forment l’articulation, glissent doucement et librement l’une sur l’autre, un quatrième élément vient permettre ses mouvements; la synovie, un liquide lubrifiant transparent. À mesure que les années passent, un débalancement naturel entre la production et la dégénération des cellules cartilagineuses, favorisant la destruction, se manifeste à travers les divers microtraumatismes. Conséquemment, à la diminution de la couche cartilagineuse, de petits morceaux de cartilage peuvent se détacher et « flotter » dans l’articulation. Ce phénomène  déclenche  ainsi  des poussées inflammatoires mécaniques qui se traduisent par une sensation de blocage articulaire, d’une sensation de frottement rugueux (semblable à du papier sablé) et par hypersécrétion de liquide responsable du gonflement de l’articulation.

Signes et symptômes de la maladie

Le signe le plus commun de l’arthrose est la douleur manifestée au sein de l’articulation touchée. Elle possède les caractéristiques suivantes;

  • Elle est déclenchée et aggravée par le mouvement,
  • Elle cesse ou s’atténue plus ou moins complètement lorsque l’articulation est au repos,
  • Elle est moins importante le matin,  elle augmente dans la journée et elle est maximale le soir,
  • Elle gêne la capacité à s’endormir et elle peut également entraîner des réveils nocturnes,
  • Elle réapparaît chaque fois que l’articulation concernée est soumise à un effort : la marche pour l’arthrose de hanche, monter un escalier pour le genou, lever le bras pour l’épaule…

En principe, les articulations arthrosiques ne sont ni rouges, ni chaudes, mais peuvent être gonflées (lors d’un épanchement liquidien). À la longue, les excroissances osseuses provoquent des déformations des articulations (visibles au niveau des mains et des genoux). Il n’y a ni fièvre, ni amaigrissement. Les lésions arthrosiques sont irréversibles et aboutissent à un raidissement articulaire pouvant évoluer vers une impotence partielle.

La chiropratique et l’arthrose

Le chiropraticien possède les compétences et les capacités pour diagnostiquer si vous souffrez de cette condition dégénérative. Les traitements chiropratiques aident à diminuer la douleur et à réduire l’inflammation. De plus, la chiropratique est un excellent moyen pour ralentir la progression de l’arthrose et des épisodes douloureux.  Elle permet de relaxer la musculature, de réduire les tensions au niveau des articulations et de corriger les dysfonctionnement articulaires responsable de l’usure prématurée des surfaces articulaires. Lors des ajustements chiropratiques, on remarque un meilleur apport des éléments nutritifs et une meilleur élimination des toxines présentes dans et autour les articulations.

Dr. Julien Lévesque est chiropraticien au Centre Chiropratique Des Sources, située au #135, 1868 boul. Des Sources, Pointe-Claire, Qc, Canada, H9R 5R2. Pour communiquer avec lui, vous pouvez composer le 514-910-7644 ou le (514) 630-1113. Vous pouvez également lui écrire au : drjulienlevesque@gmail.com ou visiter son site Internet : www.chiroenergie.ca

Publicités

Read Full Post »

JLevesqueVIGNETTEDr. Julien Lévesque, chiropraticien — Entorse de la cheville. Ressentez-vous une douleur à la face extérieure de votre cheville depuis que vous avez marché dans une crevasse, fait un saut ou trébuché d’un trottoir? Il s’agit d’une blessure fréquente chez les jeunes adultes et les sportifs (volley-ball, basket-ball, soccer, etc). cheville3

Les entorses des ligaments externes (talo-fibulaire antérieur (LTA), talo-fibulaire postérieur (LTP), fibulo-calcanéen (LFC)) sont beaucoup plus fréquentes que celle du ligament interne (deltoïdien). La douleur peut empêcher de dormir, de marcher ou de faire du sport. Le mécanisme de blessure le plus commun est l’inversion forcée de la cheville (force appliquée quand la cheville est tournée vers l’intérieur). Les causes les plus communes sont une faiblesse musculaire, une blessure antérieure mal-guérie, une chaussure non adaptée à l’activité pratiquée ou de mauvaise qualité, un mauvais patron de démarche ou encore suite à un traumatisme (collision, transfert de poids, etc).

Comment peut-on traiter l’entorse de la cheville?

Comme il existe 3 grades de blessure ligamentaire, il existe un traitement pour chacun;

Stade

Description

Traitement

Grade 1

  • Légère élongation anormale avec déchirure de quelques fibres
  • Gonflement modéré de la cheville
  • Légère douleur ou inconfort à la palpation du LTA
  • Absence de douleur à la malléole externe
  • Glace, repos, élévation
  • Ultrasons
  • Bandage (taping) pour quelques jours
  • Activités légères pendant 1 semaine
  • Ajustements chiropratiques et thérapies musculaires
  • Renforcement des muscles fibulaires

Grade 2

  • Déchirure plus sérieuse, mais continuité du ligament maintenue
  • Important gonflement de la cheville externe
  • Douleur à la palpation (LTA, LTC)entors_chevil_1
  • Glace, repos, élévation
  • Taping pour 2 semaines
  • Chevillière lors de la marche extérieure
  • Exercices légères dès la 2e semaine
  • Béquille pendant la 1ere semaine
  • Ajustement chiropratique et thérapies musculaires

Grade 3

  • Rupture complète du ligament avec instabilité
  • Gonflement très important
  • Bruit audible lors du traumatisme
  • Très grande douleur suite à l’accident
  • Plâtre pendant 2 semaines
  • Chirurgie
  • Mise en charge progressive
  • Chevillière pour la marche extérieure (après 2e semaine)
  • Thérapie musculaire
  • Sports après 6-8 semaines

Il est très important de renforcer les ligaments et les muscles autour de l’articulation de la cheville pour éviter les rechutes de blessure. Les ajustements chiropratiques vont favoriser une guérisoncheville enflée adéquate des tissus lésés; élimination plus rapide de l’enflure (œdème), assurer la bonne direction des fibres tissulaires, assurer un apport régulier d’éléments nutritifs et favoriser l’élimination des déchets par une vascularisation adéquate. De plus, le chiropraticien va pouvoir vous recommander un programme d’entraînement et de renforcement adapté à votre état, et vous recommander une diète nutritive afin de s’assurer une guérison optimale de votre articulation.

Le Dr. Julien Lévesque est chiropraticien au Centre Chiropratique Des Sources située au 1868 boulevard Des Sources, Pointe-Claire, (Québec) H9R 5R2.

Vous pouvez le contacter au numéro de téléphone suivant : 514-630-1113 et visiter www.chiroenergie.ca .

Read Full Post »

Les lombalgies

JLevesqueVIGNETTE

Dr. Julien Lévesque, chiropraticien — Ressentez-vous des douleurs au bas du dos lorsque vous restez longtemps debout ou assis? En effet, le mot «lombalgie» signifie douleur au niveau des lombaires (bas du dos). Au cours de l’évolution, lors du passage de l’homme de quatre à deux pattes, une section du corps a demeurée légèrement plus faible pour le travail physique qu’il doit très souvent effectué. En effet, le bas du dos doit supporter tout le poids du haut du corps, les nombreux stress de rotations, le devoir de soulever et de supporter de nombreuses charges (puisque l’on ne plie pas toujours les genoux) et il doit aussi absorber les chocs supérieurs et inférieurs, lors des sauts sur place. C’est pour ces raisons, que le bas du dos est si susceptible de subir des blessures ou qu’il exprime des douleurs en fin de journée.

Plusieurs facteurs peuvent en être la cause;

        • Biomécanique (blessure musculaire, ligamentaire, tendineuse, déséquilibre posturale,…) qui représente 90% des cas,
        • Grossesse (libération hormonale, la relaxine),
        • Lésion des disques ou des facettes (hernie, irritation),
        • Douleur référée d’une lombalgie (irradiation dans les racines nerveuses),Douleur référée d’une viscère (reins, rate, intestins, foie),
        • Douleur référée d’un vaisseau sanguin (anévrisme de l’aorte abdominale),
        • Neurogénique (compression des racines nerveuses causant douleur et symptôme neurologique),
        • Psychogénique (stress ou émotion intense),
        • Osseuse (fracture, tumeur, infection, maladie métabolique),
        • Spondylolisthèse (déplacement antérieur ou postérieure d’une vertèbre),
        • Lésion sacro-iliaque (traumatisme, hyperlaxité, inflammation, infection),
        • Hernie discale lombaire,
        • Sténose du canal lombaire (compression de la moelle épinière).

Suite à l’investigation (questions, examen physique, chiropratique, orthopédique et radiologique) un diagnostic sera porté sur votre condition. En fonction de ce diagnostic, divers traitements s’offrent à vous;

  • Ajustements chiropratiques,
  • Thérapies musculaires,
  • Application de glace, repos,
  • Exercices d’étirement et de renforcement musculaire,
  • Recommandations ergonomiques (travail et repos),
  • Référence s’il y a lieu (médical, psychologique,…).

Avantages de consulter un chiropraticienmal-de-dos

Avec les soins chiropratiques Network, plus de 95% des lombalgies aigües s’améliorent en 1 à 2 semaines alors que les maux de dos chroniques diminuent en quelques mois. La pensée populaire qu’une petite douleur va disparaître comme elle est venue, mais rare est le cas. Plus on entretient un problème, plus la guérison sera longue. Puisque l’on n’a qu’un seul corps et qu’une seule santé, l’idéal est qu’avant même que l’on se blesse ou que l’on a des douleurs, on consulte un professionnel qualifié (chiropraticien) pour s’assurer que tout fonctionne correctement. Parfois, on a l’impression que c’est pour rien que l’on consulte, mais il faut se rappeler; «Mieux vaut prévenir que guérir». Ainsi grâce à la prévention, on économise notre corps, notre temps et notre argent!

Dr. Julien Lévesque, chiropraticien exerce Centre Chiropratique Des Sources situé au 1868 boulevard Des Sources, suite 135, à Pointe-Claire, Québec. Pour rendez-vous ou informations, contactez le au 514 630-1113. Vous pouvez également lui écrire au : drjulienlevesque@gmail.com ou visiter son site Internet : www.chiroenergie.ca

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :